Danseuse au peroquetNous ne traiterons ici que la peinture moderne, disons de la fin du XIXème siècle à nos jours.
A ma connaissance, (comme je souhaite me tromper!) on a pu conserver très peu de peintures antérieures, notamment dans la mesure où il s'agissait essentiellement de fresques, et l'on sait le triste sort qui fut réservé aux églises et cathédrales arméniennes. Les mosaïques de Garni faisant figure d'heureuse exception.
On ne parlera pas hélas d'Ecole Arménienne. L'histoire ne l'a pas autorisé. Tandis que les arts graphiques connaissaient une fantastique évolution au début de notre siècle, les peintres arméniens étaient occupés à chercher refuge de part le monde avec la mention "apatride" sur leurs papiers.

Mais je vous invite pourtant à retrouver avec émotion et curiosité une subtile "Arménité" qui se dégage de cette imposante production des peintres "d'origine arménienne". Chacun a pris la manière de son pays d'adoption ou de ce pays sans frontière qu'est l'Art d'une période, d'un style ou d'un courant de pensée. Mais on trouvera ici ou là une nostalgie, une référence aux légendes, un style, un symbole qui rappelle sourdement l'héritage arménien de l'artiste.

J'ai renoncé à créer une galerie sur FrancArménie tant la matière est riche. En cliquant sur le lien suivant vous accèderez donc à d'excellentes galeries très complètes, extérieures à ce site et généralement en anglais.

Les galleries : Embassade aux USA   Noyan Tapan   Armsite Roslin Art Galerie